• Diane de La Morinière

Couple en confinement: intimité, tensions, promiscuité, stress, télétravail, enfants...

Updated: May 8

L'enfermement, la limitation des mouvements, la présence de la maladie possible et de la mort sont des facteurs qui rendent les relations humaines plus compliquées...et bien sûr aussi au sein du couple et de la famille. Essayons de voir comment vivre ce confinement le mieux possible.


En cette période qui apparait à chacun des conjoints si éloignée de sa vie ''d'avant'', si inattendue et difficile, il est tout d'abord très important de garder en tête que mon couple est formé de deux individus différents, avec des fonctionnements, des réactions, des envies différentes. (même si cela est moins le cas pour les couple ''fusionnels'').


Le couple confiné c'est:

=> Deux rapports au temps et à l'espace.

Cela peut varier en fonction de l'âge, des différents vécus, des tempéraments, des conceptions philosophiques, de la tradition familiale...

Quelle est mon idée de la liberté?... Quelle représentation ai-je du temps qui passe?...Pourquoi ai-je tant besoin d'espace, de nature, de chants d'oiseaux?... Pourquoi la routine me fait-elle si peur?...Que représente pour moi mon activité, mon travail?...

Cette situation nous est imposée, mais nous avons le choix de la manière de la vivre.

A nous de trouver des trucs et astuces: musique zen, enregistrement d'oiseaux, routine de sport fenêtres ouvertes, regarder des films pour s'évader, jeux de cartes ou de société...


=>Deux façons de voir et de vivre la situation.

Les façons de chacun de voir et de vivre le confinement peuvent concorder ou non. Et il est bien sûr impossible d'avoir pu en parler à deux avant, puisque personne n'a jamais pu imaginer vivre cela un jour!

L'un va être plus ''contemplatif'', l'autre va tourner comme un lion en cage... L'un va être suspendu aux chaînes d'informations continues et aux réseaux sociaux et l'autre va se réfugier dans les livres, ou le sport, ou autre... L'un va être dans une phase de peur et d'angoisse, l'autre non...

Ce que nous pouvons faire, c'est changer notre regard sur la situation, c'est identifier les points sur lesquels nous pouvons agir, et ne pas s'user, ne pas gaspiller notre énergie sur ceux contre lesquels nous ne pouvons rien.

C'est voir les bon côtés de cette situation: je me plaignais avant de ne pas avoir assez de moments ensemble avec mon partenaire, pas assez de temps pour parler, pour faire des choses avec ceux que j'aime!

Voir: Pour rester positif


=>Des émotions et des ressentis différents, exprimés différemment.

Tout d'abord il est normal d'être perturbé et inquiet devant cette épidémie et l'abondance des informations anxiogènes qui nous parviennent.

L'isolement, la frustration, l'ennui ainsi que les différentes peurs et angoisses ressenties par chacun provoquent différentes réactions telles le stress, la fatigue émotionnelle, l’irritabilité, la dépression.

La fatigue peut se faire sentir, pour ceux qui continuent d'aller travailler, la peur au ventre, ou pour le conjoint qui ressent la charge mentale...

Entre les deux conjoints, il est plus important que jamais de se dire ce qui ne va pas, ce qui m'a vexé -e, fait de la peine, énervé-e, mis-e en colère.

Et de le dire sans attendre que ça bouillonne intérieurement!

Pour cela la méthode de la communication sans violence (la CNV,que j'expliquerai dans un prochain blog)

Voir: Confinement et gestion des émotions


=>Des besoins et des envies qui ne seront pas les mêmes, et/ou qui ne seront pas ressentis au même moment.

Chacun dans le couple pourra les exprimer, et l'autre les entendre. Mais surtout attention de ne pas les formuler pas sous la forme du reproche.

On pourra établir quelques règles, décidées ensemble pour la vie quotidienne (heure du lever, répartition des tâches ménagères, organisation de télétravail, qui s'occupe et quand des enfants...). Il conviendra de garder un peu de souplesse (ce n'est pas grave si on déjeune un peu plus tard, si le bain des enfants est plus long, etc...)

Il est aussi très important de se ménager chacun du temps pour soi (jogging, bain, lecture...), ainsi qu'une petite bulle où l'on peut s'isoler, s'éloigner de cette promiscuité.

La sexualité du couple et le désir sexuel sont également des sujets très important, et selon les cas, à reparler ensemble. Ils portent en eux, s'il ne sont pas pris en compte, des risques de frustrations, de mésentente, de rancœur dont les répercussions peuvent générer de l'agressivité voir de la violence.

=>la gestion des désaccords.

On peut ne pas être d'accord, avoir des disputes, cela est presque inévitable. Et mieux vaut une discussion, même un peu vive, que se taire, ruminer et faire la tête. A deux conditions: la maîtrise de soi et pas devant les enfants (sujet d'un prochain blog).


En téléconsultation cette semaine, j'ai eu des couples qui voulaient profiter de cette période pour parler des sujets graves, ou régulièrement mis sous le tapis: NON, ce n'est pas le moment, ce n'est pas une bonne idée... il faudra s'armer de patience et attendre le déconfinement!

On évite donc les sujets qui fâchent. On remet à plus tard d'aborder les principes éducatifs de chacun, les problèmes financiers du foyer, les fondements du couple, ou la maladresse de la belle-mère...!


On le voit, ce confinement peut être vécu de façon positive, mais en prenant soin de soi, soin de l'autre, et soin de son couple.

C'est un beau challenge, dont l'importance ne doit pas être sous estimée:

le développement du nombre de divorces en Chine après le déconfinement et les alertes des autorités sur l'augmentation des violences conjugales de plus de 32% nous appellent à la plus grande vigilance, au plus grand respect de son partenaire.


Me contacter



0 views

Une aide professionnelle à chaque étape de votre vie affective et relationnelle

​Copyright 2012 - Diane de La Morinière